Alkarama lance son rapport annuel 2016.

Notre site web est en cours de refonte afin d'offrir une meilleure navigation à nos visiteurs. Le contenu sera mis à jour comme d'habitude mais certaines fonctionnalités pourraient être réduites pendant la migration.

Droits de l'enfant

Le droit international a consacré un ensemble spécifique de droits fondamentaux aux enfants, en tenant compte de leurs vulnérabilités, de leurs spécificités et de leurs besoins en développement. Les droits des enfants sont inscrits dans des instruments généraux tels que le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et sont également protégés par des conventions spécifiques telles que la Déclaration des droits de l'enfant ainsi que la Convention relative aux droits de l'enfant (CDE) et son Protocole facultatif concernant la participation des enfants aux conflits armés (OPCRC).

Conformément aux normes internationales énoncées dans ces instruments, tous les individus âgés de moins de 18 ans sont considérés comme mineurs et ont le droit, entre autres, à la vie familiale, à la santé et à l'éducation, à la protection contre la violence et l’exploitation. Les articles 37 et 40 de la CDE reconnaissent en outre les droits spécifiques des enfants placés en détention et / ou faisant l’objet d’un procès, et exigent des États d’établir un système de justice spécifique pour les mineurs.

Bien que la CDE soit la convention des droits de l'homme la plus largement ratifiée, les droits de l'enfant ne sont pas respectés en pratique. Alkarama a documenté de multiples cas d'enfants dans le monde arabe qui ont été soumis à des exécutions sommaires pendant des conflits armés, des disparitions forcées, des mauvais traitements et des actes de torture en détention ainsi que des procès inéquitables devant des juridictions qui ne respectent pas les normes de la justice pour mineurs. Etant donné que le Conseil des droits de l'homme n'a pas encore créé de procédure spéciale sur les droits de l'enfant, Alkarama soumet les cas de violations à d'autres mécanismes tels que le Comité des droits de l'enfant ou le Groupe de travail du Conseil de sécurité sur les enfants et les conflits armés.