Alkarama lance son rapport annuel 2016.

Notre site web est en cours de refonte afin d'offrir une meilleure navigation à nos visiteurs. Le contenu sera mis à jour comme d'habitude mais certaines fonctionnalités pourraient être réduites pendant la migration.

Indépendance de la justice

L'indépendance est un principe fondamental pour une bonne administration de la justice. La non-ingérence de l'exécutif est une condition impérative pour assurer l'égalité d'accès aux garanties fondamentales pour tous. L'absence d’ingérence et de pressions de toute nature permet aux tribunaux et aux juges de trancher toute affaire de manière impartiale et conformément à la loi, afin que les citoyens aient la certitude qu'ils ne seront jamais victimes d'abus de pouvoir. Par conséquent, un pouvoir judiciaire indépendant est crucial pour garantir effectivement l'Etat de droit. Reconnaissant son importance fondamentale, les Nations Unies, en 1985, ont adopté les Principes fondamentaux relatifs à l'indépendance de la magistrature.

Un système judiciaire véritablement indépendant est indispensable à la protection des droits de l'homme, puisqu’il protège les citoyens contre les actes illicites du gouvernement, veille à ce que les auteurs soient traduits en justice et bénéficient d’un procès équitable et que les victimes aient accès à des voies de recours utiles.

Les problématiques affectant l'indépendance du pouvoir judiciaire dans les pays arabes vont du recours accru aux cours de « sûreté de l'État »  dont les juges sont choisis par l'exécutif, à la poursuite d’actes non violents de contestation ou procès de civils devant des tribunaux militaires. En outre, les gouvernements arabes harcèlent ou punissent fréquemment les juges et/ou les avocats qui exercent leur travail en toute indépendance et qui tentent de protéger les droits des citoyens à un procès équitable.