Maroc : Une fois le Rapporteur spécial sur la torture parti, le directeur de la prison de Tiflet menace les détenus.

« Mendez, votre protecteur, est parti maintenant... », menace le directeur de la prison de Tiflet ... Moins d'une semaine après la fin de la visite officielle au Maroc de M. Juan E. Méndez, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, un haut fonctionnaire de l'administration pénitentiaire a proféré des menaces à l'encontre des détenus de la prison de Tiflet. Alors que la visite de M. Méndez semblait constituer un signe encourageant de la volonté du Maroc à collaborer avec les Nations Unies, Alkarama est préoccupée par de tels propos tenus par un fonctionnaire de haut-rang.

 

M. Juan E. Méndez, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la Torture, s'est rendu au Maroc, du 14 au 22 septembre 2012. Cette visite lui a permis d'avoir un accès sans restriction à tous les lieux de détention du pays, de s'entretenir librement avec les détenus et de rencontrer plusieurs associations de défense des droits de l'homme, des avocats et des familles de victimes. L'expert a pu entendre les témoignages des différentes parties de la société civile marocaine qui ont affirmé que la pratique de la torture perdurait dans les lieux de détention marocains.

Au terme de sa visite, le Rapporteur spécial a donné une conférence de presse à Rabat le 22 septembre. S'il a estimé qu'une culture des droits de l'homme était en train de naître au Maroc, il a toutefois affirmé que les autorités devaient déployer des efforts supplémentaires pour mettre fin à la pratique de la torture ; et de déclarer avoir reçu « des témoignages crédibles selon lesquels les détenus étaient soumis à des pressions mentales et physiques injustifiées lors d'interrogatoires » avant d'ajouter : « ces pratiques sont suffisamment fréquentes pour mériter l'attention et exiger que des efforts soient déployés pour y mettre fin ».

Après cette visite qui promettait d'être encourageante, notre organisation est surprise et inquiète d'apprendre que les détenus de la prison de Tiflet ont été menacés par le directeur de la prison lui-même. Ce dernier a multiplié les provocations à l'encontre des détenus qui se plaignaient des humiliations subies par leurs familles lors des visites. Après avoir déclaré : « Mendez, votre protecteur, est parti maintenant... », il a ajouté qu'il espérait que la prison de Tiflet connaîtrait les mêmes événements que ceux qui se sont produits à la prison de Salé pour qu'il puisse faire montre de toute sa fermeté.

Une telle attitude remet en question la volonté politique réelle des autorités marocaines d'améliorer les conditions de détention et de respecter tous les droits des détenus. Alkarama appelle les autorités du pays à ne pas tolérer de tels propos, d'autant plus qu'ils ont été tenus par un responsable de l'administration pénitentiaire.

Notre organisation rappelle que le respect de la dignité et des droits des détenus et l'interdiction du recours à la torture ne peuvent être limités à une visite d'un expert international.

Dans l'attente de la présentation au Conseil des droits de l'homme du rapport de M. Méndez, au printemps prochain, notre organisation encourage les autorités marocaines à poursuivre ses efforts dans le sens de la criminalisation de la torture et de son éradication dans tous les lieux de privation de liberté, et à respecter l'Ensemble de règles minima pour le traitement des détenus.

Notre organisation s'attachera à suivre de près cette problématique ainsi que les recommandations du Rapporteur Spécial.

 

 

 

 

 

 

Nos videos