ARABIE SAOUDITE: LE COMITÉ DES DROITS DES PERSONNES HANDICAPÉES DES NATIONS UNIES APPELLE RIYAD À LA LIBÉRATION IMMÉDIATE DE AL-HAWALI

hawali

Le 12 Octobre 2020 AlKarama a déposé une plainte à la Commission des droits des personnes handicapées  (CDPH), en faveur d'un universitaire religieux  âgé de 70 ans et  dénommé Safar bin Abdul Rahman Al Hawali.  Dans cette plainte, Alkarama a clairement indiqué que la vie de M. Al Hawali est sous menace imminente, grave et irréversible, car les personnes âgées courent un risque considérablement accru de développer une maladie grave suite à une infection du COVID-19.
 De plus, en raison de sa détention arbitraire, Alkarama a demandé au comité de l'ONU d'intervenir pour le libérer immédiatement. En réponse à cette demande, le Comité des droits des personnes handicapées a décidé le 6 novembre 2020 que des mesures urgentes devaient être prises par les autorités saoudiennes afin d'éviter tout préjudice ou risque pour M. Safar Al-Hawali, y compris sa libération immédiate.

Contexte: Représailles contre Al-Hawali et sa famille pour avoir critiqué le prince héritier

Al-Hawali est un éminent érudit religieux et l'un des symboles d'AL Sahwa al Islamiya en Arabie saoudite, ( qui peut etre traduit par le "Réveil Islamique"), ou Mouvement d'Al Sahwa.
Des penseurs contemporains appartenant à ce mouvement, qui es apparu dans les années 1950, ont ouvertement critiqué le prince héritier Mohammed ben Salmane pour sa politique. Le mouvement Sahwa a été visé par la répression du prince héritier contre la liberté d'expression, et d'autres universitaires du mouvement Sahwa ont été arrêtés, dont le réformiste Salman al-Awda.
Safar Al-Hawali a été arrêté le matin du 12 juillet 2018, lorsque les forces de sécurité de l'État ont pris d'assaut le domicile de M. Al-Hawali et après avoir fouillé le domicile, M. Al-Hawali et son fils Ibrahim, âgé de 34 ans, ont eu les yeux bandés et ont été emmenés vers une destination inconnue. Les forces de sécurité n'ont fourni aucun mandat d'arrêt ni de perquisition et n'ont pas expliqué les raisons de l'arrestation. Cependant, ils ont amené une ambulance avec eux pour procéder à l'arrestation de M. Al-Hawali, sachant que son état de santé était très fragile et qu'il ne pouvait pas bouger. Après son arrestation, Safar al-Hawali a été détenu dans un lieu secret et aucune information n'a été fournie à sa famille sur son sort ni sur le lieu où il se trouve, le mettant en état de disparition forcée.

Alkarama croit fermement que son arrestation, ainsi que celle de son frère et de ses fils, est la conséquence directe de sa critique du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, qui dirige fermement le pays. Safar al-Hawali a été arrêté le 12 juillet 2018, peu de temps après la publication d'un livre intitulé «Les musulmans et la civilisation occidentale», dans lequel il critiquait les options de politique internationale du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane et émettait des recommandations à cet égard.
Quelques jours avant son arrestation, les autorités royales lui ont demandé d'inverser publiquement sa position et d'exprimer son soutien au prince héritier, et elles ont également demandé à ses fils et à son frère de dénoncer publiquement le livre de M. Al-Hawali et ses positions. Toutes ces demandes ont été rejetées par M. Al-Hawali et ses proches, qui ont exprimé leur refus d'obtempérer.

Depuis son arrestation, M. Al Hawali a eu très peu d'occasions de  rentrer en contact avec sa famille. Du fait de sa grave faiblesse d'élocution, il ne peut pas communiquer par téléphone.
Les autorités n'ont pris aucune mesure pour faciliter le contact de M. Al Hawali avec sa famille ou son avocat. Depuis son arrestation, le parquet de la sûreté de l'État a autorisé des visites familiales sur des bases intermittentes et arbitraires.

En effet, ces mauvais traitements sont graves étant donné que M. Al-Hawali a souffert d'un accident vasculaire cérébral à répétition qui a conduit à une faiblesse permanente de l'élocution, ce qui l'empêche de s'exprimer et de se faire comprendre. Il souffre également d'une fracture pelvienne et d'une insuffisance rénale qui nécessitent des soins médicaux constants. Les conditions de santé de M. Al-Hawali se sont fortement détériorées peu de temps après son arrestation. En dépit de son handicap, de sa vieillesse et de la détérioration de son état de santé, il s'est vu refuser des soins médicaux et est toujours détenu au secret.

En guise de punition pour sa critique du prince héritier, Safar Al-Hawali est pratiquement laissé pour mort en détention, isolé du monde extérieur et de ses proches, et vit dans la crainte du harcèlement et des menaces à l'encontre de ses fils et de son frère.

Demandes urgentes d'Alkarama dans le contexte de la pandémie de Covid-19

À la lumière de ces faits, et considérant que l'état de santé de Safar Al-Hawali constitue un handicap qui ne lui permet pas de parler ou de prendre soin de lui-même, Alkarama a décidé de renvoyer l'affaire devant le CDPH.

La plainte souligne le fait que la vie de M. Al-Hawali est sous une menace imminente, grave et irréversible, car les personnes âgées courent un grand risque de contracter une maladie grave après une infection du  COVID-19.  Les experts de l'ONU ont averti que "la transmission généralisée du Covid-19 au sein d'un établissement correctionnel est susceptible d'entraîner un taux de mortalité du Covid-19 disproportionnellement élevé". Plusieurs experts des Nations Unies et institutions internationales ont publié des directives et ont appelé les États à «libérer immédiatement et sans condition tous les prisonniers dont l'emprisonnement est illégal ou arbitraire au regard du droit international, y compris tous les enfants,les prisonniers d'opinion, les prisonniers religieux ou les prisonniers politiques».

Compte tenu de l'urgence du cas de M. Al Hawali au vu la pandémie actuelle et des circonstances de son arrestation et de sa détention, Alkarama a demandé au CDPH d'exiger sa libération immédiate en tant que mesure d'urgence de l'Arabie saoudite. Enfin, Alkarama a demandé au comité d'aborder la question des représailles contre M. Al Hawali et sa famille directement avec les autorités. En vertu de ses obligations conventionnelles , le Royaume d’Arabie saoudite devrait immédiatement libérer Al-Hawali et les membres de sa famille et mettre fin à toutes formes de harcèlement et d’intimidation à leur encontre.

Ce qu'Alkarama attend du CDPH et des autorités saoudiennes

En soumettant une plainte au CDPH, Alkarama a renvoyé l'affaire à la procédure disponible la plus efficace, puisque l'Arabie saoudite a ratifié la Convention relative aux droits des personnes handicapées pour entendre les plaintes individuelles. Lorsque des personnes particulièrement vulnérables sont victimes de détentions arbitraires et de mauvais traitements, les représentants des victimes peuvent soulever l'urgence de leur situation par «mesures d'urgence».

Ces procédures sont exigées par le CDPH auprès des autorités saoudiennes de toute urgence et avant même d'examiner les faits de l'affaire. En vertu de l'article 4 du Protocole facultatif à la Convention relative aux droits des personnes handicapées, le CDPH peut exiger de l'État partie qu'il prenne des mesures provisoires afin d'éviter tout préjudice irréparable que l'auteur pourrait subir en cas de maintien en détention, pendant que le Comité est à l'examen.

Sur cette base, le CDPH a demandé aux autorités saoudiennes, entre autres, «de permettre sa libération immédiate». Ce communiqué doit assurer la sécurité de M. Al Hawali et toutes les précautions doivent être prises pour lui éviter toute contamination. En outre, l'État devrait veiller à ce qu' Al Hawali reçoive des soins médicaux appropriés à domicile ou dans tout autre établissement médical de son choix.
Alkarama affirme qu'elle continuera d'exercer des pressions à travers les mécanismes juridiques internationaux jusqu'à ce que M. Al Hawali et les membres de sa famille soient finalement libérés et que les politiques de persécution à leur encontre cessent.

Nos videos