ARABIE SAOUDITE : ALKARAMA DEMANDE AU GROUPE DE TRAVAIL DES NATIONS UNIES SUR LA DÉTENTION ARBITRAIRE DE SE PRONONCER SUR LA DÉTENTION DU DR SALMAN ALODAH ET D’APPELER À SA LIBÉRATION IMMÉDIATE

الشيخ سلمان العودة

Le 31 mai 2022, Alkarama a soumis une demande au Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire (GTDA) pour statuer sur le caractère arbitraire de la détention du Dr Salman ALODAH. La plainte demandait aux experts de l’ONU d’appeler les autorités saoudiennes à libérer immédiatement l’universitaire, car ses conditions de détention constituent une menace réelle et immédiate pour sa vie et sa santé mentale.

Cette demande fait suite à une autre plainte déposée auprès du Comité des droits des personnes handicapées (CDPH) des Nations Unies.

Un symbole de la répression cruelle et brutale de la monarchie saoudienne contre ses critiques les plus éminents

Le Dr ALODAH a été arrêté en septembre 2017, tandis que l’Arabie saoudite a été témoin d’une répression sans précédent de la liberté d’expression. Des dizaines de personnalités publiques et de militants ont été pris pour cible, dont la plupart ont été arrêtés uniquement parce qu’ils n’étaient pas d’accord avec la politique du gouvernement ou parce qu’ils n’ont pas manifesté publiquement leur soutien au blocus du Qatar dirigé par l’Arabie saoudite.

Le Dr ALODAH a été arrêté le 9 septembre 2017 pour avoir publié un message sur Twitter à ses 14 millions d’abonnés, exprimant son soutien à la médiation entre les dirigeants saoudien et qatari. Le message disait : « Que Dieu s’harmonise entre leurs cœurs pour le bien de leur peuple ».

Après son arrestation, le Dr ALODAH a été détenu dans un lieu inconnu, les autorités refusant de divulguer toute information sur le lieu où il se trouvait et refusant à ses proches le droit de communiquer avec lui.

Dans ce qui était clairement un acte de représailles pour avoir recherché le Dr ALODAH, les autorités saoudiennes ont arrêté son frère, Khaled, le 12 septembre, et imposé une interdiction de voyager à toute la famille du Dr ALODAH.

Citant les cas du Dr ALODAH et de son frère, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a publié une communication envoyée aux autorités saoudiennes le 22 décembre 2017, exprimant leur « très grave préoccupation […] une série d’arrestations et de détentions arbitraires généralisées et systématiques de personnes, y compris de défenseurs des droits de l’homme, pour avoir exercé pacifiquement leurs droits fondamentaux à la liberté d’expression, de croyance, de réunion et d’association ».

L’acquisition de graves handicaps résultant de ses conditions de détention

Depuis son arrestation arbitraire, les autorités n’ont cessé de maintenir le Dr ALODAH en dehors de la protection de la loi, avec de longues périodes de détention secrète et au secret. Il est en isolement cellulaire complet depuis le premier jour et a été soumis à des privations sensorielles, ainsi qu’à d’autres formes de torture physique et psychologique. Les autorités ont établi leur intention de punir le Dr ALODAH pour son refus de se conformer à la demande du prince héritier de soutenir publiquement ses politiques. Les autorités pénitentiaires lui ont refusé les médicaments nécessaires jusqu’en janvier 2018, lorsque sa santé s’est détériorée si gravement qu’il a été hospitalisé d’urgence en raison d’une hypertension artérielle potentiellement mortelle.

Fin novembre 2020, sa famille a appris par l’intermédiaire du personnel médical de la prison qu’il avait acquis une grave déficience bilatérale de ses fonctions visuelles qui équivalait à une perte d’au moins la moitié de sa capacité visuelle antérieure. Lorsque sa famille l’a rencontré, il a confirmé la nouvelle.

Aujourd’hui, il fait face à un risque réel de cécité, compte tenu du refus des autorités de lui offrir un traitement adapté et de la rééducation.

De même, il a acquis une déficience auditive qui a également été évaluée à plus de la moitié de sa capacité antérieure. Bien que les autorités n’aient pas expliqué les causes probables de ces diminutions brutales et spectaculaires de sa vision et de son ouïe, nous pouvons déduire de la situation et des informations disponibles qu’elles peuvent s’être produites en raison d’une maladie, d’un traumatisme ou d’un effet secondaire d’un médicament.

Pendant ce temps, alors que son état de santé se dégradait, il s’est vu refuser des soins médicaux et a été contraint de prendre des médicaments psychotropes non identifiés, qui sont encore inconnus de la famille et de la victime à ce jour. Sa famille a été témoin progressivement, mais encore plus fortement au cours des derniers mois, de sa grave émaciation ainsi que d’une diminution cognitive.

Le comportement indifférent des autorités saoudiennes et leur persistance dans leurs mauvais traitements à l’encontre du Dr ALODAH ne font que confirmer leur intention de le tuer lentement, une crainte exprimée par son fils dans un article récent.

Dans ces conditions, le Dr ALODAH a maintenu sa détention arbitraire et son refus de soins médicaux constituent une menace directe, grave et imminente pour son droit à la vie.

Une détention manifestement arbitraire et une condamnation à mort illégale

Le Dr ALODAH est détenu arbitrairement depuis septembre 2017 pour des actes relevant de son droit fondamental à la liberté d’opinion et d’expression. Son procès s’est ouvert devant la Cour pénale spécialisée (CPS) le 4 septembre 2018. Au cours de l’audience, le ministère public l’a informé pour la première fois des charges retenues contre lui et a déclaré qu’il demanderait la peine de mort.

Son procès devant la Cour pénale spécialisée (CPS) s’est ouvert le 4 septembre 2018, lorsque le procureur général Saoud al-Mojeb et son adjoint, Mohammed bin Ibraheem al Subait, ont demandé la peine de mort contre lui en raison de 37 chefs d’accusation vaguement définis, tous liés à son plaidoyer en faveur des droits humains et de la libre participation aux affaires publiques.

Malgré son état de santé et le caractère inéquitable de son procès, le Dr ALODAH pourrait être condamné et exécuté arbitrairement et cruellement.

À la lumière de cela, Alkarama a demandé au GTDA de statuer d’urgence sur la détention du Dr ALODAH en déclarant que la détention était arbitraire au regard du droit international.

La plainte portait également sur l’état de santé actuel de l’académicien et soulignait que les autorités saoudiennes le laissaient effectivement mourir seul dans sa cellule.

Alkarama a donc appelé le GTDA à demander de toute urgence sa libération immédiate, car ses conditions de détention actuelles mettent directement sa vie en danger.

Nos videos