Yémen / Emirats: les forces soutenues par les EAU kidnappent Al-Shaibani à Aden

shibani

Aujourd'hui, mercredi 18 novembre 2020, Alkarama a écrit au Groupe de travail sur les disparitions forcées et involontaires, lui demandant d'intervenir en faveur du prédicateur yéménite, Abdul Qadir Al-Badiji (Al-Shaibani), porté disparu depuis le 30 octobre dernier dans la ville d'Aden, dans le sud du Yémen.
Des hommes armés dans la ville d'Aden, qui appartiendraient aux forces de la ceinture de sécurité contrôlant la ville et soutenues par les Émirats arabes unis, ont enlevé M. Abdul Qadir Al-Shaibani, âgé de 65 ans, et l'ont emmené devant sa femme et l'un de ses enfants vers une destination inconnue.
Les différentes régions yéménites se sont transformées en un théâtre ouvert de chaos, d'enlèvements et d'assassinats, en particulier les régions où les EAU ont établi des formations militaires parallèles qui ne sont pas réellement soumises aux institutions étatiques yéménites et qui, selon un rapport de l'ONU, travaillent par procuration pour les EAU et l'Arabie saoudite.
Selon sa famille, le cheikh Abd al-Qadir Ali Abdullah al-Buthaji al-Shaibani, alors qu'il était accompagné de sa femme et de l'un de ses enfant et qu'il partait pour la capitale provisoire Aden, en direction du Caire afin de terminer un traitement médical,le 30 octobre passé, des hommes armés masqués à bord de deux voitures l'ont kidnappé dans le quartier de Mansoura après avoir tiré en l'air pour terroriser sa famille et l'emmener vers une destination inconnue.
Deux jours auparavant, les forces de sécurité ont fait une descente dans l'hôtel où vit le cheikh Al-Shaibani et ont enlevé un détenu âgé, pour le relacher le lendemain, il a semblé que les ravisseurs se soient trompés de cible, mais ils sont finalement revenus et ont enlevé Al-Shaibani plus tard dans une rue de la ville.
Cheikh Al-Shaibani est né en 1955, il est un acteur humanitaire au Yémen, l'un des fondateurs de l'association humanitaire Al-Hikma et le vice-président du Conseil de la Shura, Parti pour la paix et le développement.
Depuis environ dix ans, il souffre de plusieurs maladies chroniques, dont une tumeur au cerveau et une articulation de la hanche et il a subi plusieurs opérations au cours des trois derniers mois.
L’organisation yéménite de défense des droits de l’homme, Sam, a tenu les forces de la ceinture de sécurité, qui contrôlent la sécurité dans le gouvernorat d’Aden depuis août 2019 et jusqu’à aujourd'hui, responsables de l'intégrité d'Al-Shaibani. Elle a exigé sa libération immédiate et la fin des violations continues des libertés des citoyens par la ceinture de sécurité, ajoutant que « le détournement par les forces de la ceinture de sécurité de la route de l’aéroport d’Aden était un piège pour attraper et faire disparaître les voyageurs, ce qui est irresponsable.»
Les partis politiques yéménites ont publié une déclaration dénonçant le crime d'enlèvement tout comme l'Association des chercheurs yéménites qui a également publié une déclaration en ce sens, mais la victime est toujours sous le coup de la disparition forcée tandis que sa famille se dit très préoccupée par son sort.
Alkarama rappelle à toutes les parties impliquées dans le conflit armé au Yémen leurs obligations en vertu du droit international humanitaire et du droit international des droits de l'homme, et exhorte chacun à respecter ses responsabilités à cet égard et à respecter les droits de l'homme, au premier rang desquels figurent le droit à la vie, l'intégrité physique et morale et la liberté de mouvement.

 

 

Nos videos