La pandémie du Corona, un autre prétexte à la répression ... Alkamara lance son rapport annuel 2020

AnnRep2020

Alkarama, organisation non-gouvernementale de défense des droits de l'homme, basée à Genève, a lancé aujourd'hui son rapport annuel 2020. Le rapport aborde les questions liées à la situation des droits de l'homme dans la région arabe, à la lumière de la pandémie du COVID-19, ainsi que le rythme continu de la répression, dans un climat d'impunité et de conflits armés.
Le rapport met en lumière l'activité d'Alkarama dans 20 pays, et expose la situation des droits de l'homme dans chacun d'eux. Au cours de l'année 2020, Alkarama a poursuivi son travail pour traiter légalement, par le biais des mécanismes des Nations Unies, les violations qui se sont produites dans ces pays chaque fois qu'elle a été mandatée par les familles des victimes pour le faire.
Dans ce contexte, le directeur juridique d'Alkarama, l'avocat Rachid Mesli, déclare : "Le monde a vécu cette année l'impact d'une crise sanitaire sans précédent causée par la pandémie du Coronavirus (COVID-19). La corruption des gouvernements et leur mépris des droits fondamentaux de leurs citoyens ont exacerbé l'impact de la crise sanitaire sur la société arabe", ajoutant que "La pandémie a montré plus que jamais que la responsabilité politique et l'État de droit sont fondamentaux pour l'accès aux droits civils et politiques et aux services de base, tels que des soins de santé adéquats, mais malgré cela, l'incapacité des gouvernements à fournir une prévention et un traitement adéquats s'est accompagnée de l'arrestation de ceux qui l'ont publiquement dénoncée."
Selon le rapport, "le plus inquiétant est l'utilisation par certains pays de l'épidémie comme prétexte supplémentaire pour restreindre  les droits et les garanties fondamentales, en particulier à l'encontre des individus privés de liberté". Certains pays comme l'Arabie saoudite et l'Égypte, ayant même utilisé l'épidémie pour priver les détenus politiques de tout contact avec le monde extérieur.
Pendant ce temps, les appels à de véritables processus de paix et à des enquêtes des experts de l'ONU restent ignorés par les États dans les pays déchirés par la guerre, comme le Yémen, la Syrie et la Palestine.
Malgré la situation humanitaire et des droits de l'homme désastreuse dans toute la région, la société civile a continué sans relâche à dénoncer les violations commises par les régimes autoritaires.
Alkarama croit plus que jamais en sa mission de soutenir les individus, sans discrimination, dans la revendication de leurs droits inaliénables et le respect de leur dignité.
La marche vers plus de liberté et de responsabilité légale peut subir des revers ; mais le chemin de la lutte doit continuer. Ainsi, au cours de l'année écoulée, et depuis une décennie, Alkarama a été le témoin de la résilience de ceux qui, dans toute notre région arabe, défient l'arbitraire et la répression que les régimes tyranniques tentent d'imposer par la violence à leurs sociétés.
Au fil des ans et malgré les crises auxquelles nous avons été confrontés, nous restons fermes dans notre engagement à soutenir la lutte contre l'injustice dans le monde arabe, avec l'espoir de poursuivre dans cette voie dans les années à venir. Nous sommes reconnaissants à tous ceux qui sont restés à nos côtés dans cette lutte, en particulier les experts indépendants des Nations Unies. Nous sommes reconnaissants envers les défenseurs des droits de l'homme de la région qui nous ont aidés à faire avancer notre mission, malgré les risques qu'ils encourent. Ce rapport est une reconnaissance de leur combat.

A propos d'Alkarama
Basée à Genève, Alkarama est une organisation non-gouvernementale de défense des droits de l'homme créée en 2004 pour soutenir tous les individus, dans le monde arabe, soumis, ou à risque, d'exécution extra-judiciaire, de disparition forcée, de torture ou de détention arbitraire. Agissant comme un pont entre les victimes et les mécanismes internationaux de protection des droits de l'homme, Alkarama œuvre pour un monde arabe où tous les individus vivent libres, dans la dignité, et protégés par un état de droit. Pour mettre fin à ces violations, Alkarama coopère avec la société civile de ces pays, les organisations internationales pour la promotion et la protection des droits de l’homme ainsi que les gouvernements et toutes autres entités susceptibles d’agir sur la situation des droits de l’homme.
Alkarama œuvre pour un système international de protection des droits de l’homme fort et qui renforce les systèmes de protection régionaux, nationaux et locaux.

Alkarama contribue notamment à combler les lacunes en matière d’information et d’attention des mécanismes internationaux de protection des droits de l’homme sur les atteintes qui ont lieu dans les pays du Monde arabe. Elle encourage également les gouvernements à renforcer leur législation pour défendre et promouvoir les droits de l'homme.
Alkarama contribue également à la diffusion de la culture des droits de l'homme, en œuvrant à l'éducation des différentes composantes de la société civile de ces pays sur ce concept pour le contourner, connaître leurs droits et les exiger, et sentir la protection de la loi.


Pour consulter le Rapport annuel 2020 d'Alkarama :

Version arabe

Version anglaise

Nos videos