Égypte : une experte de l'ONU met en garde contre la poursuite de la répression des défenseurs par le biais de détentions prolongées et de fausses accusations

manif egypte


Une experte de l'ONU a déploré la poursuite des arrestations à grande échelle et des détentions provisoires prolongées de défenseurs des droits humains en Égypte, affirmant que des militants étaient détenus, souvent au secret, sans mandat d'arrêt, et accusés de multiples crimes fallacieux.
"L'exercice du droit à la liberté d'expression, d'association ou de réunion pacifique n'est pas un crime", a déclaré Mary Lawlor, Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits humains. "Chacun a le droit de promouvoir et de protéger les droits humains. Il n'y a aucune justification aux actions que les autorités égyptiennes mènent contre les défenseurs des droits humains".
Les violations des droits civils et politiques en Égypte sont l'une des principales préoccupations d'Alkarama depuis une décennie et demie, mais le rythme de la répression et des abus s'est intensifié depuis l'arrivée au pouvoir du général Abdel Fattah Al-Sissi à la suite du coup d'État militaire du 3 juillet 2013.
La Rapporteure spéciale avait précédemment exprimé son mécontentement, en janvier 2021, face à « l'utilisation abusive des lois antiterroristes et de sécurité nationale pour criminaliser le travail des défenseurs des droits humains dans le pays ».
L'experte de l'ONU a condamné l'arrestation de défenseurs des droits humains et de blogueurs, les détentions provisoires prolongées et les accusations d'appartenance à une organisation terroriste, ainsi que les pratiques continues de l'Égypte d'intimidation et de criminalisation des défenseurs des droits humains, des journalistes et de leurs familles.
"Depuis lors, davantage de défenseurs ont été placés en détention provisoire dans l'attente d'une enquête pour des délits relevant de ces dispositions, qui sont passibles de lourdes peines", a déclaré Mary Lawlor dans sa récente déclaration, ajoutant que "de nombreuses victimes sont toujours détenues dans des conditions déplorables, avec de graves conséquences négatives pour leur santé physique et mentale."

Activité d'Alkarama
Alkarama suit la détérioration alarmante de la situation des droits de l'homme en Égypte, et a soumis des dizaines de plaintes individuelles aux procédures spéciales des Nations Unies en matière de droits de l'homme ainsi que des rapports dans le cadre de l'Examen périodique universel sur la situation des droits de l'homme dans le pays.
Le 28 mars 2019, Alkarama a soumis son rapport parallèle au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, dans lequel elle mettait l'accent sur la pratique systématique de la détention arbitraire et de la torture, et soulignait la prévalence du crime de disparition forcée, ainsi que la loi antiterroriste de 2015 qui a été promulguée pour la répression systématique des militants des droits humains, des journalistes et des dissidents pacifiques. Alkarama a également fait part de ses préoccupations concernant le recours à la peine de mort comme moyen de réprimer les voix dissidentes et les personnes exerçant leur droit fondamental à la liberté d'expression, ainsi que l'absence de ratification des instruments fondamentaux des droits humains et les représailles contre ceux qui coopèrent avec les mécanismes des droits de l'homme des Nations Unies.
Dans son rapport, Alkarama s'est dit préoccupée par le fait que l'Égypte n'avait pas ratifié la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, les Protocoles facultatifs au Pacte international relatif aux droits civils et politiques qui autorisent le dépôt de plaintes individuelles auprès du Comité des droits de l'homme, et abolir la peine de mort. L'Égypte n'a pas non plus ratifié le Protocole facultatif à la Convention contre la torture établissant un mécanisme national de prévention, ni le Statut de Rome de la Cour pénale internationale.
De plus, le rapport dénonce les représailles du gouvernement contre les militants, les journalistes, les avocats et les individus coopérant avec les experts des Nations Unies.

Longue détention provisoire et fausses accusations
Alkarama a exprimé à plusieurs reprises ses craintes concernant le maintien de la détention provisoire prolongée, ainsi que la criminalisation du droit à la liberté d'expression, d'opinion et de réunion pacifique, à travers des procès inéquitables, ce qui a été souligné par l'expert Lawlor. Lawlor a également noté qu'il s'agit  d'une tendance courante chez le gouvernement égyptien, où des défenseurs des droits humains sont arrêtés sans mandat, détenus au secret dans des lieux inconnus et soumis à la disparition forcée. Avant cela ils sont  traduits devant le parquet suprême de la sûreté de l'État, suivi d'une ordonnance de les détenir avant leur procès en attendant une enquête pour des actes présumés incriminés en vertu de vagues dispositions du Code pénal, de la loi antiterroriste et de la loi sur la cybercriminalité.
La rapporteure spéciale Lawlor a souligné que les défenseurs des droits humains couraient un risque élevé d'être poursuivis pour des infractions présumées en vertu de la même législation - une pratique particulièrement courante dans les cas où les défenseurs des droits humains ont vu leur libération ordonnée par les tribunaux. Elle a déclaré : "Cette pratique consistant à placer les défenseurs des droits humains sur plusieurs cas fallacieux, dans certains cas en parallèle, représente le mépris flagrant de l'Égypte pour ses obligations internationales en matière de droits humains dont elle est signataire. C'est une pratique effrayante conçue pour empêcher les défenseurs de promouvoir les droits de l'homme dans le pays.

Dans sa déclaration, Mme Mary Lawlor a souligné le rôle vital joué par la société civile en Égypte, et a confirmé qu'elle continuerait à suivre les cas de défenseurs des droits humains détenus qui lui ont été déférés, et a demandé la libération immédiate de onze des individus, à savoir : M. Mohamed Ramadan, un défenseur des droits humains un avocat ; M. Mohamed El-Baqer, défenseur des droits humains et avocat ; M. Ezzat Ghoneim, défenseur des droits humains et avocat, directeur de la Coordination égyptienne pour les droits et les libertés (ECRF) ; Mme Aisha Al-Shatir, défenseure des droits humains et membre du conseil d'administration de la Fondation égyptienne pour les droits et les libertés ; M. Mohamed Abu Harira, défenseur des droits humains et membre du conseil d'administration du Centre égyptien pour les droits et les libertés ; Mme Hoda Abdel Moneim, défenseure des droits humains et membre du conseil d'administration de la Fondation égyptienne pour les droits et les libertés ; le professeur Ibrahim Ezz El-Din, défenseur des droits humains et chercheur ; M. Ramy Kamel Said Salib, défenseur des droits humains et président de la Maspero Youth Foundation ; Mme Mahienour El-Masry, défenseure des droits humains et avocate ; M. Amr Imam, défenseur des droits humains et avocat au Réseau arabe d'information sur les droits humains ; M. Walid Ali Salim Mohamed Hamada est défenseur des droits humains et avocat.

Nos videos