Arabie Saoudite : Plusieurs activistes, ONG et Alkarama lancent une campagne pour dénoncer les sentences injustes

 سفارة السعودية في تركيا

Plusieurs activistes saoudiens et étrangers, ONG et Alkarama ont lancé une campagne de défense des droits de l'homme pour demander la libération des prisonniers de conscience dans le Royaume d'Arabie saoudite et pour dénoncer les décisions injustes rendues récemment par les autorités saoudiennes, qui ont affecté un certain nombre de prisonniers de conscience, y compris des détenus dont les peines ont expiré ou sont en voie d'achèvement, en violation flagrante des principes de justice et des lois et pactes internationaux.

La déclaration de la campagne indiquait : "Le bilan de l'Arabie saoudite en matière de droits de l'homme est terrible depuis des décennies, cependant, l'année 2017 marque le début d'années encore pires de répressions et de violations extrêmes contre des centaines de réformateurs, de militants, de professionnels des médias et de personnalités publiques. Depuis lors, le régime totalitaire saoudien a lancé des campagnes frénétiques d'arrestations arbitraires et d’affreux raids de sécurité contre de nombreux citoyens honorables dans le but de faire taire leurs voix et de limiter leur impact positif sur la société."

La déclaration ajoute : "Récemment, le régime oppressif a lancé une campagne frénétique en utilisant son organe judiciaire pour prononcer des peines sévères et injustifiées de plusieurs décennies à l'encontre de plusieurs détenus, hommes et femmes, d'une manière brutale qui ne respecte pas les procédures pénales et judiciaires de base présumées au niveau local, reconnues et convenues au niveau international."

Au cours des dernières années, Alkarama a suivi avec une grande préoccupation la détérioration de la situation des droits de l'homme dans le Royaume d'Arabie saoudite et a soumis plusieurs rapports et plaintes aux organes des droits de l'homme et aux procédures spéciales des Nations Unies. L'Arabie saoudite a répondu par davantage de répression et de mépris pour ses obligations en vertu du droit international des droits de l'homme. Dans plusieurs cas, elle a même eu recours à des représailles contre les victimes et/ou leurs familles pour avoir déposé des plaintes auprès des Nations Unies.

Dans ce contexte, Alkarama indique son intention de s'adresser au Comité contre la torture des Nations Unies afin d'accélérer la fixation d'une date pour l'Examen périodique de l'État partie, et d'examiner la situation en Arabie saoudite et le degré de son engagement aux recommandations du Comité lors du précédent examen périodique.

Le 13 mai 2016, le Comité contre la torture a publié ses observations finales, après avoir pris connaissance du deuxième rapport périodique du Royaume d'Arabie saoudite (CAT/C/SAU/2) lors de ses sessions tenues du 22 au 25 avril 2016. En préparation à l'examen, Alkarama avait soumis la liste des questions et son rapport alternatif aux experts du Comité afin qu'ils évaluent la conformité de l'Arabie saoudite à la Convention ; et les recommandations du Comité ont largement reflété les principaux points soulevés par Alkarama.

A la suite du deuxième Examen périodique, Alkarama a lancé, avec la société civile saoudienne, un programme de contrôle et de suivi de la mise en œuvre de toutes les recommandations. Dans ce contexte, elle a soumis le 2 juin 2017 un rapport de suivi au Comité contre la torture, dans lequel elle précise avec regret que le Royaume d'Arabie saoudite n'a mis en œuvre aucune de ses recommandations.

Au vu de la détérioration de la situation en Arabie saoudite et du non-respect par les autorités des recommandations des experts du Comité contre la torture, Alkarama a soumis un autre rapport de suivi en juin 2021, dans lequel elle a rappelé plusieurs cas sur lesquels elle avait déjà travaillé.

Alkarama a demandé à l'État partie de s’enquérir sur la situation des défenseurs des droits de l'homme qui ont été condamnés à de lourdes peines de prison, le Comité s'étant penché sur la question en demandant à l'Arabie saoudite si elle envisageait de libérer des personnes détenues arbitrairement pour avoir critiqué pacifiquement les autorités ou pour avoir défendu les droits de l'homme, parmi lesquelles Saud Mukhtar al-Hashemi, Suleiman al-Rashudi, Khaled al-Rashed, Muhammad Abdullah al-Otaibi, Muhammad al-Qahtani et Waleed Abu Al-Khair.

Alkarama a rappelé au Comité la nécessité d'enquêter sur le sort de ces personnalités qui ont toutes été arbitrairement privées de liberté et détenues malgré les demandes de libération formulées par le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire qui a émis plusieurs avis sur le caractère arbitraire de la détention dont elles ont fait l'objet, selon les plaintes transmises par Alkarama.

Alkarama a également soulevé devant le Comité la question de Safar bin Abdul Rahman Al-Hawali, qui est détenu arbitrairement, pour avoir publié un livre dans lequel il a critiqué les options de politique internationale de Mohammed bin Salman, lui présentant une série de recommandations.

Déclaration :
21.09.2022

"Nous sommes tous conscients de la détérioration de la situation des droits de l'homme dans le Royaume d'Arabie saoudite. Les violations documentées subies par les citoyens, la suppression systématique des libertés et l'empêchement des voix appelant à la réforme et au changement sont tous en hausse.

À cela s'ajoutent les arrestations arbitraires injustes et les disparitions forcées de nombreuses personnes qui n'ont commis aucun crime, mais qui ont exercé leur droit légitime à la liberté d'expression ou qui ont eu un impact important sur la société.

Le bilan de l'Arabie saoudite en matière de droits humains est terrible depuis des décennies, cependant, l'année 2017 marque le début d'années encore pires de répressions et de violations extrêmes contre des centaines de réformateurs, de militants, de professionnels des médias et de personnalités publiques. Depuis lors, le régime totalitaire saoudien a lancé des campagnes frénétiques d'arrestations arbitraires et d’affreux raids de sécurité contre de nombreux citoyens honorables dans le but de faire taire leurs voix et de limiter leur impact positif sur la société. Ces arrestations frénétiques ont visé un grand nombre de journalistes, d'écrivains, d'universitaires, de militants, de juristes et de défenseurs des droits de l'homme, hommes et femmes confondus.

Depuis lors, les détenus croupissent dans les cellules du régime dans de très mauvaises conditions, au cours desquelles ils ont été soumis à divers types de violations, telles que la torture physique, l'isolement, la privation de sommeil, l'interdiction de contacter leur famille, le refus de représentation légale, en plus de nombreux autres abus. Récemment, le régime oppressif a lancé une campagne frénétique en utilisant son organe judiciaire pour prononcer des peines sévères et injustifiées de plusieurs décennies à l'encontre de plusieurs détenus, hommes et femmes, d'une manière brutale qui ne respecte pas les procédures pénales et judiciaires de base présumées au niveau local, reconnues et convenues au niveau international.

En outre, des rapports alarmants et des indications claires montrent que le régime saoudien est de plus en plus déterminé à prononcer des peines très lourdes, pouvant aller jusqu'à la peine de mort, à l'encontre des docteurs Salman bin Fahd Al-Awda, Awad bin Muhammad Al-Qarni, Ali bin Hamza Al- Omari et Hassan Farhan Almalqi. Le ministère public l'a ouvertement demandé, sur l'insistance des hautes instances officielles du pays, dirigées par le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman.

Nous affirmons notre rejet et notre condamnation totale de la série de peines sévères prononcées par la justice saoudienne à l'encontre de plusieurs prisonniers d'opinion en Arabie saoudite, notamment des universitaires, des défenseurs des droits des femmes, des militants des droits humains et des journalistes, simplement pour avoir exprimé leurs opinions sur les médias sociaux ou pour avoir milité pacifiquement.

Nous mettons également en garde le régime contre l'exécution d'universitaires, de personnalités des médias et de symboles de la société, notamment le Dr Salman Al-Awda, le Dr Awad Al-Qarni, le Dr Ali Al-Omari et le Dr Hassan Almalqi. Nous soulignons qu'une telle mesure sans précédent et injustifiée est un défi évident à la justice et aux lois et traités internationaux et une provocation flagrante, non seulement pour la société saoudienne, mais pour toutes les sociétés arabes et musulmanes et tous les peuples du monde qui croient en la liberté et la justice.

Pour tout cela, nous appelons le monde libre, les organismes de défense des droits de l'homme, les institutions scientifiques et médiatiques, la communauté internationale et les peuples qui croient en la justice et la paix, à jouer leur rôle pour faire face à ces violations massives pratiquées par le régime saoudien contre les prisonniers de conscience, et à faire front pour empêcher le régime d'appliquer la peine de mort contre ceux qui défendent les droits et les libertés en Arabie saoudite."

Nos videos