Alkarama lance son rapport annuel 2016.

Notre site web est en cours de refonte afin d'offrir une meilleure navigation à nos visiteurs. Le contenu sera mis à jour comme d'habitude mais certaines fonctionnalités pourraient être réduites pendant la migration.

Rapport annuel 2016: Les droits humains attaqués

Genève, 13 mars 2017 – La montée constante des violations des droits de l'homme, y compris au nom de la lutte contre le terrorisme, ainsi que la répression systématique de toute voix critique par les gouvernements arabes, portent gravement atteinte aux droits des citoyens, a déclaré Alkarama lors du lancement de son rapport annuel de 2016. Le rapport de 117 pages passe en revue la situation des droits de l'homme dans 20 pays, et met en lumière les problématiques les plus urgentes tout en formulant des recommandations.

Loin de faire droit aux demandes de leurs citoyens pour un changement pacifique en matière de gouvernance et de primauté du droit, en 2016, les gouvernements arabes y ont répondu par des enlèvements, des exécutions, du harcèlement judiciaire et de la torture. C'est dans ce contexte alarmant que des défenseurs des droits de l'homme, des opposants politiques, des blogueurs et des journalistes ont été emprisonnés car leurs critiques ont été considérées comme « préjudiciables à la réputation de l'État». Tandis que les ONG et militants des droits de l'homme font face à des restrictions croissantes, l'espace de la société civile ne cesse de se réduire dans la région.

Dans l’avant-propos du rapport, le Conseil d'administration d'Alkarama relève que, selon les chiffres des Nations Unies, le monde arabe ne compte que 5% de la population mondiale, alors qu’il représente environ 68% des décès liés aux conflits, 58% du nombre total de réfugiés et 45% des attentats terroristes dans le monde. « La protection des défenseurs des droits humains et des acteurs du changement dans ce contexte a été l'un des principaux défis auxquels Alkarama a dû faire face au cours des dernières années », a déclaré le Conseil. « Plus que jamais, notre priorité demeure de protéger et soutenir les sociétés civiles locales en agissant comme un pont entre elles et les mécanismes des droits de l'homme de l'ONU. »

En 2016, Alkarama a prêté assistance à 315 victimes de violations graves des droits de l'homme et a déposé 556 plaintes en leur nom aux mécanismes onusiens. Alkarama a également soumis 14 rapports à divers organes de l'ONU qu'ils soient conscients des principales problématiques dans le monde arabe. Toutefois, les États arabes demeurent réticents à respecter les obligations énoncées dans les traités fondamentaux des droits de l'homme qu'ils ont ratifiés. Pire encore, ils soumettent à des représailles tous ceux qui cherchent un recours auprès de l'ONU.

Alkarama a réaffirmé son engagement de faire en sorte que les voix des victimes soient entendues au plus haut niveau afin qu'elles puissent assurer la responsabilisation de leurs gouvernements et les encourager au respect des droits humains.

Pour plus d’informations ou une demande d’interview, merci de contacter notre équipe média à media@alkarama.org (Dir: +41 22 734 1008)