Mauritanie : Nouvelle arrestation du défenseur des droits de l’homme Biram Dah

Nouvelle arrestation du défenseur des droits de l’homme Biram Dah Onglets principaux

Le 1er décembre 2014, Alkarama a adressé un appel urgent au Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits de l'homme, M. Michel Forst, à la suite de l'arrestation de M. Biram Dah, président et fondateur de l'ONG Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), une organisation de lutte contre l'esclavage fondée en 2008.

Figure emblématique de la cause anti-esclavagiste, M. Dah est devenu l'objet d'acharnement judiciaire de la part des autorités mauritaniennes ; cela fait plusieurs années que M. Dah ainsi que d'autres militants de son association, est victime de harcèlements, d'intimidations et de violences.

En 2010, M. Dah avait déjà été agressé et placé en garde à vue alors qu'il procédait à une enquête sur un cas avéré d'esclavage, avant d'être poursuivi en janvier 2011 avec cinq autres membres de l'IRA pour « appartenance à une organisation non enregistrée et rassemblement illégal ».

Le 11 novembre dernier, alors qu'il prenait part à une manifestation connue sous le nom de « la caravane pour l'abolition de l'esclavage » qui sillonne le pays pour sensibiliser la population sur la question de l'esclavage, M. Dah ainsi que d'autres militants ont été arrêtés sans mandat de justice par les services de sécurité.

Il a été détenu dans les locaux de la gendarmerie avant d'être présenté devant le procureur qui a ordonné son incarcération à la prison de Rosso pour « participation à une manifestation interdite », « trouble à l'ordre public » et « résistance aux forces de police ».

Dah est actuellement privé de tout contact avec sa famille qui n'a pu l'apercevoir qu'une seule fois, le jour de son arrestation, et aucun avocat n'a pu encore lui rendre visite en prison.

Cette nouvelle arrestation a incontestablement pour but de l'empêcher, une fois encore, d'exercer ses activités de défenseur des droits de l'homme, ainsi que d'entraver l'exercice de son droit de réunion pacifique, garanti par la Constitution de la République islamique de Mauritanie.

Ces persécutions s'inscrivent dans le cadre d'une campagne générale de harcèlement et de répression des autorités mauritaniennes contre les défenseurs des droits de l'homme avec pour objectif de museler toute voix dissidente.

Au vu des informations présentées, Alkarama a sollicité le Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l'homme afin qu'il intervienne d'urgence auprès des autorités mauritaniennes pour leur enjoindre à mettre un terme à la détention de M. Dah.

La Mauritanie est partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) depuis le 17 novembre 2004, et se doit, à ce titre, de respecter l'intégralité des droits fondamentaux de ses citoyens et ainsi de cesser tout acte de persécution contre des militants qui appellent pacifiquement au respect des droits de l'homme.

Pour plus d'informations ou une interview, veuillez contacter l'équipe média à media@alkarama.org (Dir: +41 22 734 1007 Ext: 810)

Nos videos