Irak: Quatre agents de sécurité de l'ex-vice-président Al Hashimi arbitrairement détenu sur la base de fausses confessions obtenues sous la torture

Le 5 août 2014, Alkarama a adressé une communication au Groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire pour appeler les autorités irakiennes à mettre fin à la détention arbitraire de quatre agents de sécurité en les libérant immédiatement. Ghassan Al Kubaisi, Omar Al Noaemy, Abdulrazak Al Duleimi et Uday Al Ithawi ont tous été arrêtés entre décembre 2011 et janvier 2012. Sévèrement torturés et forcés à faire de faux aveux, ils ont été condamnés à mort par la Cour pénale centrale de l'Irak (CCCI) sur la base des confessions obtenues sous la torture. Ces quatre personnes sont toujours détenues dans la prison d'Al Baladiyat dans des conditions extrêmement précaires et inhumaines.

Contexte

En décembre 2011, les forces de sécurité irakiennes, commandées par le Premier ministre al Maliki, ont encerclé la maison du vice-président Tariq Al Hashimi, un membre important de la coalition Iraquiya et principal rival électoral al Maliki. Al Hashimi avait critiqué Maliki pour ses tentatives de centraliser le pouvoir, provoquant une escalade des tensions entre les deux qui avaient été en désaccord sur la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Alors qu'Al Hashimi n'était pas à la maison, les forces de sécurité ont arrêté plusieurs de ses proches et des membres de son personnel. Le 19 décembre 2011, les confessions forcées sous la menace d'une arme de trois de ses quatre gardes du corps qui avaient été sévèrement torturés ont été après diffusées sur la chaîne d'Etat Al Iraquiya. Le même jour, le Ministère de l'Intérieur a tenu une conférence de presse pour annoncer qu'un mandat d'arrêt avait été délivré contre Al Hashimi pour avoir « orchestrés des attentats à la bombe », au cours de laquelle les aveux forcés sont parus, en violation du principe de présomption d'innocence. Cette pratique de diffuser des aveux à la télévision est très répandue en Irak, dans la mesure où le canal contrôlé par l'Etat et financée par les Américains, Al Iraquiya, publie une série appelée « Terreur dans les mains de la justice » où les « présumés terroristes » sont contraints à « confesser leurs crimes ».

Entre temps, les services de sécurité, étroitement contrôlés par Al Maliki, continuèrent à arrêter des dizaines d'employés et de gardes du corps d'Al Hashimi pour les amener vers des lieux secrets où ils furent sévèrement torturés et contraints de signer des aveux compromettant Al Hashimi ainsi qu'eux-mêmes. Al Kubaisi, Al Noaemy, Al Duleimi et Al Ithawi étaient parmi eux.

Arrêtés, torturés et forcés à faire de faux aveux

Lors de leur arrestation, ils ont tous été gravement torturés et forcés d'avouer avoir mené des attaques terroristes commandés par Al Hashimi avant d'être accusés de « mener des attaques terroristes » par le juge d'instruction de la branche CPCI à Al Karkh. Ils ont ensuite été transférés à la prison de Baladiyat Al à Bagdad, où ils ont été détenus au secret pendant plus d'un an avant de pouvoir voir les familles.

Tous ont indiqué avoir été gravement torturé de la même manière. Alors que le but premier de la torture était de leur faire avouer leur participation à des actes terroristes au nom d'Al Hashimi, il s'est avéré par la suite être une punition collective pour avoir simplement travaillé comme ses gardes du corps. Après avoir été maintenus en isolement, ils ont été battus (falaqa), forcés à se déshabiller et exposés à des températures extrêmement basses. Ils ont également été étranglés avec des sacs en plastique et soumis à des décharges électriques via des électrodes placées sur les parties sensibles de leur corps. Les agents des services de sécurité, qui ont eu accès aux établissements pénitentiaires, ont également menacé d'arrêter leurs épouses et mères et de les violer devant eux.

Les procédures judiciaires étaient d'autant plus violées qu'aucun d'entre eux n'était en mesure de désigner un avocat de son choix ; leurs avocats ont été attribués automatiquement, et ils ne les ont rencontré pour la première fois qu'au cours des audiences, sans même être autorisés à accéder aux dossiers judiciaires de leurs clients.

Condamnés à mort après des procès imparfaits

Environ un an après leur arrestation, Al Kubaisi, Al Noaemy, et Al Ithawi ont été informés de leurs condamnations à mort après une audience rapide au cours de laquelle ils n'ont pas été autorisés à prendre la parole. Jusqu'à présent, Al Duleimi est toujours en attente de sa peine.

Ils ont tous été condamnés sur la base de l'article 4 de la loi anti-terrorisme de l'Irak de 2005, selon lequel « toute personne qui commet, en tant qu'auteur principal ou participant, tout acte terroriste [...], doit être condamnée à mort. » En outre, cette loi stipule que « toute personne, qui camoufle intentionnellement un acte terroriste [...], doit être condamnée à l'emprisonnement à vie. » Alkarama remarque que cette disposition est extrêmement vague en tant qu'elle permet l'utilisation arbitraire de la peine de mort. En effet, la majorité des exécutions en Irak font suite à la prononciation de sentences par la Cour pénale centrale irakienne, qui sont basées que sur cette loi.

Compte tenu de ce qui précède, Alkarama soumet que la détention de Ghassan Al Kubaisi, Omar Al Noaemy, Abdulrazak Al Duleimi et Uday Al Ithawi viole clairement les normes de procès équitables par l'Irak comme prévue dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et le Pacte international relatif aux droits civils et les droits politiques et a demandé au Groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire d'émettre un avis à cet égard.

Tout en demandant aux autorités irakiennes de libérer ces personnes immédiatement, Alkarama a également appelé les autorités irakiennes à annuler tous les peines de mort déjà prononcées et à adopter un moratoire sur la peine capitale, qui résulte systématiquement de procès inéquitables et de l'utilisation d'aveux obtenus sous la torture comme preuves.

Pour plus d'informations ou une interview, veuillez contacter l'équipe média à media@alkarama.org (Dir: +41 22 734 1007 Ext: 810)

Nos videos