Articles pour Mauritanie

Dans le cadre du deuxième examen périodique de la Mauritanie par le Comité contre la torture (CCT), Alkarama a soumis le 26 juin 2017 sa contribution à la Liste de questions préparée par les experts du Comité.

Le 2 mars 2017, lors de la 34ème session du Conseil des Droits de l’Homme, le Rapporteur Spécial contre la torture et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants (RST) des Nations Unies, Nils Melzer, a présenté les conclusions de la visite officielle effectuée en Mauritanie par son prédécesseur Juan Méndez, du 25 janvier au 3 février 2016.

En février 2017, le Sous-Comité d'accréditation (SCA) de l’Alliance Globale des Institutions Nationales des Droits de l'Homme a publié ses premières conclusions suite à sa session de novembre 2016, au cours de laquelle la Commission Nationale des Droits de l'Homme mauritanienne (CNDH) a été examinée, et décidé de

Le 19 octobre 2016, un groupe de sept experts* des droits de l'homme des Nations Unies a émis un communiqué de presse afin d'exprimer « sa grave préoccupation » quant à la situation des militants de l'Initiative de Résurgence du Mouvement Abolitionniste (IRA Mauritanie) « emprisonnés en raison de leur rôle présumé dans une manifestation contre les expulsions forcées à Nouachkott » et « ciblés par le gouvernement pour leur plaidoyer anti-e

Le 5 octobre 2016, Alkarama a soumis au Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits de l'homme (SR HRD) une communication concernant la condamnation de 13 militants de l'ONG mauritanienne de lutte contre l'esclavage, l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), MM.

Le 6 octobre 2016, Alkarama a transmis au Groupe de travail sur la détention arbitraire (GTDA) des Nations Unies le cas de M. Yaya Cissé, ressortissant malien détenu arbitrairement en Mauritanie depuis plus de quatre ans et condamné à mort sur la base d'aveux obtenus sous la torture.

En vue de l'examen de la Commission nationale des droits de l'homme mauritanienne (CNDH) par le Sous-comité d'accréditation (SCA) du Comité international de coordination des Institutions Nationales des Droits de l'Homme – qui se tiendra à Genève en novembre 2016, Alkarama ainsi que plusieurs ONGs locales* ont soumis

Entre le 30 juin et le 9 juillet 2016, les membres de l'ONG mauritanienne «Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste» (IRA), ont fait l'objet d'une nouvelle vague de représailles avec l'arrestation de 13 activistes de l'IRA, Amadou Tidjane Diop, Balla Touré, Hamady Lehbouss, Ahmed Amarvall, Khattry M'Bareck, Mohamed Daty, Jemal Beylil, Ousmane Anne, Ousmane Lô, Abdallahi Matallah Seck, Moussa Biram, Abdallahi Abou Diop et Mohamed Jaroullah.

Alkarama se félicite de la libération, le 19 mai 2016, de MM. Biram Ould Dah Abeid, Président et fondateur de l'ONG « Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste » (IRA) et Brahim Ould Bilal Ramdane, vice-président de l'IRA. Cette libération fait suite à l'annulation par la Cour suprême de l'arrêt de la Cour d'appel d'Aleg du 26 août 2015 confirmant la peine de deux ans de prison à l'encontre de MM. Biram Ould Dah Abeid pour « appartenance à une organisation non reconnue » et « rassemblement non autorisé ».

Le 16 mars dernier, l’examen périodique universel (EPU)* de la Mauritanie a pris fin, avec l'adoption du rapport énonçant les recommandations que le pays accepte de mettre en œuvre pour améliorer la situation des droits humains sur son territoire. Parmi les 200 recommandations formulées par les États membres des Nations Unies participant à cet examen, la Mauritanie a indiqué en avoir accepté 140 et « pris note » des 60 autres.