Golfe

Derniers Articles

À l'occasion du septième anniversaire de la création de l'Association saoudienne pour les droits civils et politiques (ACPRA), Alkarama lance une campagne de plaidoyer de 11 jours pour sensibiliser la communauté internationale à la pratique systématique de la détention arbitraire en Arabie Saoudite – où les autorités poursuivent quiconque ose critiquer le gouvernement – et pour mettre en lumière la répression et le harcèlement continus des 11 membres d'ACPRA pour leur activisme pacifique en faveur des droits humains.

Le 22 septembre 2016, Alkarama a soumis au Conseil des droits de l'homme son rapport sur la situation au Bahreïn en vue de son Examen périodique universel (EPU) prévu en Mai 2017. Alkarama a relevé les violations les plus importantes qui persistent encore dans le pays et dénonce ainsi l'usage de la torture, le recours à la détention arbitraire et les violations du droit à un procès équitable.

Le 20 octobre dernier, la Cour de cassation de Doha a confirmé la peine de 15 années d'emprisonnement prononcée par la cour d'appel en janvier 2013 à l'encontre du poète qatari Mohamed Al-Ajami (alias Ibn Al- Dib).Ce dernier est détenu depuis 2011 uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté d'expression – il a été inculpé pour « incitation à renverser le régime » et d' « outrage à l'Emir ». Son avocat, Me Najeeb Al-Nuaimi, n'a pas manqué de dénoncer les irrégularités dont a été entaché son procès et les accusations sans fondement qui ont été portées à son encontre.

Le 24 novembre 2014, Alkarama a adressé un appel urgent au Rapporteur spécial des Nations Unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression, M David Kaye, ainsi qu' au Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l'homme, M Michel Forst , sur le cas de Mikhlif Al Shammari, un éminent défenseur des droits de l'homme saoudien, qui a é

Le 20 novembre 2014, Alkarama a adressé un appel urgent au Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires (GTDFI) et au Rapporteur spécial sur la torture (RST) sur le cas d'Amer Alshava, un homme d'affaire et académicien turc enlevé le 2 octobre 2014 à l'Aéroport de Dubaï et dont le sort demeure inconnu à ce jour.