Yémen / États-Unis: 86 civils, dont des enfants et des femmes, ont été tués lors d'opérations militaires pendant le mandat de Trump

yemen_drone

Depuis l'entrée en fonction de Donald Trump en 2017, au moins 86 civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués au Yémen dans des attaques des États-Unis d'Amérique,  dont certaines avec la participation des Émirats arabes unis,  selon le Washington Post. La plupart de ces attaques étaient des frappes de drones.
Alkarama avait préparé au fil des années une série de rapports basés sur des enquêtes de terrain concernant les attaques de drones américaines au Yémen, et avait déposé des plaintes auprès des procédures spéciales des Nations Unies au nom des familles des victimes.
Le Washington Post, citant une étude récente d'Airwars, a déclaré que les États-Unis d'Amérique avaient mené au moins 190 actions armées au Yémen depuis l'entrée en fonction du président Donald Trump, la plupart d'entre elles des frappes aériennes et que ces attaques, qui comprenaient un petit nombre d'opérations au sol, ont entraîné des dizaines de morts et de blessés, mais l'armée américaine n'a reconnu que 12 décès potentiels de civils au cours de ces opérations.
L'analyse menée par l'organisation britannique Airwars fournit un nouvel aperçu de la guerre largement secrète au Yémen, qu'Alkarama attribue à la tentative d'échapper à la responsabilité pénale et morale envers les victimes civiles de ces attaques.
"Les attaques américaines au Yémen dans le contexte de la guerre contre le terrorisme ont toujours impliqué une violation du droit international humanitaire et du droit international des droits de l'homme", a déclaré le directeur juridique d'Alkarama, Rachid Mesli, ajoutant que " en conséquence des nombreuses attaques sanglantes au Yémen, l'administration américaine ne tarde  pas à annoncer une victoire militaire majeure en éliminant les éléments armés qui constituent une menace pour la sécurité nationale américaine et les intérêts des États-Unis, mais il s'avère plus tard que les victimes ou la plupart d'entre elles étaient des civils, ce qui signifie l'absence de principes de proportionnalité, de distinction et de nécessité militaire, imposés en principe par le droit international humanitaire, ce qui a mis dans  l'embarras des responsables américains face à  l'opinion publique et les demandes des groupes de défense des droits de l'homme  sur leur volonté d'enquêter sur ces attaques et de réparation aux victimes et / ou à leurs familles. "
De même, Airwars a accusé le Commandement central américain (Centcom), qui supervise les opérations militaires au Moyen-Orient, de ne pas avoir «correctement identifié, examiné et reconnu les allégations de préjudice civil résultant de ses actions au Yémen, ce qui est en contradiction flagrante avec les politiques actuelles du Pentagone, et demande à ce que cela soit traité de manière urgente », et a exhorté de la même manière  « les autorités militaires américaines à enquêter sur les allégations de décès de non-combattants, et à divulguer plus d'informations sur les actions qu'elles mènent contre les militants armés au Yémen ».
Airwars a rapporté que la plupart des opérations armées qui ont eu lieu au Yémen pendant la présidence de Trump ont eu lieu en 2017, notant que la première était un raid peu propice qui a eu lieu quelques jours après l'inauguration de Trump, et l'opération à laquelle les forces d'élite américaines et émiraties ont participé a entraîné la mort d'un soldat de la marine américain et un certain nombre de morts civils, le seul raid pendant l'administration Trump pendant lequel le gouvernement américain a reconnu la possibilité de pertes civiles.
 
Elle déclara également que  l'armée n'avait pas constitué une équipe chargée d'enquêter sur les victimes civiles comme elle l'avait fait en Irak et en Syrie. Cette opération, qui a impliqué des dizaines de milliers de frappes aériennes,renvoit à des rapports réguliers sur ces frappes et des mesures visant à accroître la transparence concernant les victimes civiles et les morts «involontaires».

Selon le Commandement central, la dernière opération militaire américaine au Yémen a eu lieu en juin 2019. Mais Airwars a déclaré qu'il semblait que moins de frappes avaient été menées par la CIA depuis lors, ou qu'elles avaient été le résultat d'une activité militaire secrète.

Les plaintes d'Alkarama

Le 3 février 2017, Alkarama a informé Mme Agnès Callamard, la Rapporteuse spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires du cas de la mort de 15 enfants et femmes au cours d'une opération militaire menée par les forces américaines et émiraties le 29 janvier 2017 dans le gouvernorat d'Al-Bayda, au Yémen. Alkarama a appelé Mme Callamard à condamner publiquement l'attaque, qui viole clairement le droit international humanitaire et le droit international des droits de l'homme, et appelle les gouvernements des États-Unis et des Émirats arabes unis à mettre fin aux attaques aveugles contre des civils au Yémen.
Pour en revenir aux détails de l'attaque sanglante, au petit matin du 29 janvier 2017, des hélicoptères des forces spéciales américaines et émiraties ont atterri  dans la région montagneuse de Yakla dans le gouvernorat d'Al-Bayda, qui a été la cible des opérations américaines au cours des derniers mois. Selon des sources américaines, le but de l'opération était de collecter le plus d'informations possible sur Al-Qaïda, afin d'éviter tout acte terroriste futur.
A 2 heures du matin, les commandos se sont infiltrés, se dirigeant vers les maisons de Cheikh Abdul Raouf al-Dhahab et de Sheikh Saif Nams Al Jufi. L'attaque a été révélée, de sorte que les forces américaines ont entamé un violent échange de tirs, puis ont reçu le soutien aérien du navire de guerre USS McCain, situé dans le golfe d'Aden, visant les maisons de Cheikh Abdul Raouf Al-Dahab et de Sheikh Saif Nams Al Jufi.
Des sources locales indiquent que deux avions de combat ont émergé du flanc de la montagne, suivis de quatre drones et quatre hélicoptères, et qu'ils ont tiré 16 obus qui ont entraîné la démolition de quatre maisons. Les pertes en vies humaines au cours de cette attaque se sont élevées à environ 30 personnes, dont un officier américain, en plus d'au moins six femmes et neuf enfants, dont Nuran Al-Awlaqi, la fille de l'américain yéménite Anwar Al-Awlaqi, qui a été tuée lors d'une frappe de drone américain en 2011, suite aux soupçons de son association avec Al-Qaïda.
Alkarama exprime, une fois de plus, sa profonde inquiétude face à l'extrême gravité des opérations militaires dans le cadre de la "lutte contre le terrorisme", au cours desquelles les forces américaines et émiraties ont pris pour cible des habitations malgré leur connaissance de la présence d'individus autres que des "combattants". Ces forces ont dû annuler ces opérations pour éviter toute perte de vies civiles, notamment d'enfants et de femmes. Par conséquent, ces opérations ne respectaient pas les principes fondamentaux du droit international humanitaire, qui stipule une distinction précise entre les objectifs civils et militaires, ainsi que le principe de précaution et de proportionnalité lors des opérations militaires.

 

Nos videos