Arabie saoudite: libération du prédicateur Al-Zubairi après des mois de détention et de disparition forcée

zubairy

Alkarama a appris que, dimanche 29 août 2020, les autorités saoudiennes ont libéré le prédicateur yéménite Abdulaziz Al-Zubairi,qui avait subi la disparition forcée et trois mois de détention.
Le 29 juin, Alkarama a écrit au Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées au sujet de M. Al-Zubairi, qui a été arrêté à sa résidence de la Mecque le 20 mai 2020.
M. Abdul Aziz Muhammad Ahmad Al-Zubairi, 60 ans, est un prédicateur yéménite connu ainsi qu'un homme d'affaires appartenant au parti Islah et un officier de l'armée yéménite, résidant à la Mecque en Arabie saoudite. Son arrestation est intervenue quelques jours après sa comparution à un séminaire sur le  Ramadan organisé par l'Union des étudiants yéménites en Turquie.
Il était six heures du matin le mercredi 20 mai 2020, lorsque les forces de sécurité y compris des membres de la police et des officiers en civil ont fait une descente dans sa maison dans le quartier d'Al-Aziziyah à la Mecque.  Ils ont effrayé sa famille, l'ont arrêté, puis l'ont emmené devant sa famille et ses enfants vers une destination inconnue. Les téléphones de tous les membres de la famille ainsi que  leur lieu de résidence ont été fouillés sans qu’ils soient informés du motif ni même de celui de l'arrestation, de même qu’ aucune autorisation ou mandat d'arrêt émis par une autorité judiciaire n’ont été présentés pour cette intervention. 
Suite à la correspondance d’Alkarama avec le Groupe des Nations Unies sur les disparitions forcées, Al-Zubairi a été autorisé à avoir des contacts ponctuels avec sa famille, mais il est resté en détention jusqu'à sa libération récente.Le directeur juridique d'Alkarama, l'avocat Rashid Mesli, a déclaré: « le cas de M. Abdulaziz Al-Zubairi est un exemple frappant de la poursuite des politiques qui sont passées outre les garanties de base pour les victimes d'arrestations en Arabie saoudite, et l'absence de toute procédure légale contre les détenus », notant également que «des campagnes d'arrestations ont récemment ciblé des militants et des personnalités yéménites soutenant le gouvernement yéménite reconnu, tandis que selon l'Arabie saoudite, elle serait intervenue militairement au Yémen pour le soutenir.»  À son tour, l'organisation de défense des droits humains Sam, spécialisée dans le dossier yéménite, a déclaré: «l'Arabie saoudite a récemment été active dans l'arrestation et la disparition forcée de nombreux Yéménites sans charges spécifiques sans leur permettre de contacter leurs familles ou d'obtenir une aide juridique. On peut citer  le militant des droits de l’homme Muhammad al-Bukari, qui a été arrêté le 8 avril 2020 après avoir posté une vidéo sur les réseaux sociaux, en plus de trois autres militants arrêtés fin mai 2020 : Muhammad Fadayel et deux de ses frères, pour ne citer qu’eux. 
SAM a rapporté que «les Yéménites détenus et victimes de disparition  forcée en Arabie saoudite ont fui la capitale, Sanaa, après que les Houthis y soient entrés, et aient cherché refuge en Arabie saoudite de peur d'être arrêtés par le groupe Houthi. Cependant, ils ont malheureusement  été victimes des pratiques arbitraires des services de sécurité saoudiens».

Nos videos