Égypte : Un jeune de 23 ans vient s’ajouter à la liste des disparus arrêtés par la police

Le 17 novembre 2014, Alkarama a saisi en urgence le Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées et involontaires (GTDFI) du cas de Yasser Ahmed Ahmed Abu Eita, un jeune égyptien de 23 ans violemment battu dans les rues du port de Damiette avant d'être arrêté par les forces de police. Il est porté disparu depuis et sa famille craint qu'il ne soit soumis à la torture.

Le 2 novembre 2014, alors que Yasser Abu Eita se dirigeait vers son domicile sur l'avenue Al Matari, un pick-up s'est arrêté à sa hauteur. Plusieurs policiers et militaires en sont descendus et l'ont alors battu sans raison avant de l'entraîner de force dans leur véhicule qui a rapidement quitté les lieux.

Alertée par des voisins témoins de l'enlèvement, sa famille s'est lancée à sa recherche, pour apprendre qu'après avoir été détenu dans la deuxième section de police de Damiette, Yasser Abu Eita avait été transféré au centre des forces de sécurité, où il était soumis à des tortures.

Inquiets de son sort, ses proches sont intervenus auprès des autorités et son avocat a déposé une plainte devant le procureur général de Damiette le 11 novembre 2014, sollicitant une enquête sur sa disparition. Malgré les différents témoignages recueillis par la famille, le procureur a nié sa détention. Cela fait aujourd'hui plus de 15 jours que Yasser Abu Eita a disparu et sa famille craint qu'il ne soit encore soumis à des actes de torture pendant sa détention au secret.

Contactée par la famille, Alkarama a envoyé un appel urgent au GTDFI afin qu'il appelle les autorités égyptiennes à libérer Yasser Abu Eita ou tout au moins à révéler immédiatement le lieu de sa détention et d'autoriser sa famille et son avocat à lui rendre visite. Alkarama appelle encore une fois les autorités égyptiennes à mettre fin à la pratique des disparitions forcées qu'elle conduit maintenant depuis un an ainsi qu'à garantir que ses citoyens ne fassent pas l'objet d'arrestations et de détentions arbitraires.

Pour plus d'informations ou une interview, veuillez contacter l'équipe média à media@alkarama.org (Dir: +41 22 734 1007 Ext: 810)

Nos videos