Yémen: Deuxième cycle de l'examen du Yémen; aucun progrès notable en matière de protection des droits de l'homme malgré ses nombreux engagements

Le Conseil des Droits de l'Homme a adopté hier le rapport du deuxième cycle de l'Examen Périodique Universel du Yémen. Ce mécanisme consiste, pour tous les Etats Membres de l'ONU, à être examiné sur leurs réalisations en matière de droits de l'homme.

Si le Yémen avait pris de nombreux engagements pour la protection des droits de l'homme, les autorités se sont en réalité abstenues de les mettre en œuvre, prétextant la situation interne difficile du pays pour repousser des réformes pourtant fondamentales. Alkarama considère cependant que la tenue de la Conférence de Dialogue National et la décision d'adopter une nouvelle Constitution protégeant les droits fondamentaux des citoyens yéménites constituent une avancée notable.

Sur le terrain, Alkarama continue de documenter des cas de détention arbitraire et de violations des normes internationales relatives au procès équitable. Des cas de plus en plus nombreux de disparitions forcées sont également rapportés et la peine de mort contre les mineurs est toujours prononcée, alors que les autorités s'étaient initialement engagées à l'abolir. Nous regrettons de même la décision du gouvernement yéménite de ne pas ratifier la Convention sur les disparitions forcées ainsi que le Protocole Facultatif à la Convention contre la Torture.

Alkarama poursuivra son travail de suivi sur la situation des droits de l'homme au Yémen et espère que les 166 recommandations acceptées par les autorités à l'occasion du second cycle de l'EPU soient concrètement mises en œuvre, notamment concernant la ratification du Statut de Rome portant création de la Cour Pénale Internationale.